Le vécu social en RD Congo fait que les congolais en général et les filles congolaises en particulier sont exposés à une insécurité alimentaire accrue. Cette situation très critique les amène souvent à des comportements indignes et irresponsables. Ceci est plus remarquable chez les filles que chez les garçons. Certes, elles sont devenues aussi légères de par leur conduite qu’elles sautent sur tout ce qui brille. Croyant trouver immunité à cette pauvreté, elles sont prêtes à emprunter n’importe quel moyen, pourvu qu’elles atteignent le but. Elles se font davantage complexées que jamais, succombant juste devant une apparence matérielle. Le cas le plus illustratif est justement le phénomène « Juste un IPAD, … ». C’est dire qu’il suffit de brandir un IPAD à une nana Kinoise pour l’avoir. Cette machine « IPAD » est devenue une sorte d’appât capable de captiver une catégorie, bien ciblée, de Kinoises. Hélas, ce phénomène crée les conflits. D’un côté, il fait succomber la jeune Kinoise, de l’autre côté, il fait endetter le jeune Kinois. Notre réflexion tente de relever justement les causes à base dudit comportement afin d’en proposer quelques thérapies.

 

Pourquoi et comment succombent-elles face à l’IPAD?

 

                                 Il est un fait que l’insuffisance alimentaire, le manque d’informations et le retard technologique mettent les congolais en marge des mutations mondiales, mieux de l’évolution technologique et sociale. Ainsi, n’étant pas encore à la portée de la classe sociale moyenne, IPAD paraît être un luxe aux yeux de plus d’un congolais ; de ce fait, il fait honneur à ceux qui le possèdent et frustre ceux n’en ont point. Cette réalité étale mieux l’ignorance des congolais à l’échelle internationale. Et il y a lieu d’affirmer que le mal congolais provient du fait de son ignorance due au manque d’informations et de son insécurité alimentaire et sociale. En effet,  l’IPAD est une tablette électronique très actuelle, servant de multimédia. Cette tablette se démarque des médias traditionnels par sa capacité très professionnelle de conserver et traiter les textes, par sa haute qualité de prise d’images et photos, sans oublier sa beauté formelle et son coût allant au-delà du pouvoir d’achat du congolais. Face à tout cet arsenal qui les dépasse, les Kinois en général et les Kinoises en particulier se sentent dûment écrasés. Qu’advienne-t-il ?  Il n’est plus étonnant de constater qu’il y a une poignée de kinoises qui se sont faites adaptes de la mode : de la sape à la pointe technologique (téléphone, Ipad, computer, etc.). Pour y arriver, elles sont prêtes à tout : Ipad ou rien! Profitant de cette faiblesse, les Kinois se frottent les mains comme pour dire, ça y est! Un Ipad vaut autant de kinoises que l’on veut. Mais voici ce qui paraît curieux: ces filles cherchent rarement de posséder un Ipad de mains d’un garçon, mais bien souvent, être juste la petite amie à ce possesseur d’Ipad. D’emblée, ces jeunes kinois font la course à l’ipad, à l’aveuglette. Si bien que nombreux d’entre eux vont jusqu’à contracter de dettes dépassant leurs avoirs, pourvu qu’ils soient comptés parmi les cibles de filles. En revanche, ces dernières se disent branchées. Elles sont tellement emportées par la mode ou le « m’as-tu vu » qu’elles ne résistent un seul instant. À en croire ce comportement irresponsable, il cause les naissances indésirables et le vagabondage, le vol et tant d’autres vices qui compromettent l’avenir de la jeunesse congolaise en général et des jeunes Kinoises en particulier. Devant une telle mœurs légère de la part de ces jeunes Kinoises, comment pourrait-on admettre un seul instant la fameuse parité ou encore un quelconque apport féminin? Que doit-on faire pour remédier à ces maux ?

 

Quelques thérapies

 

                                    Nous en appelons à un agir responsable. Car la destinée ce grand et beau pays se trouve entre vos mains, chères jeunes. Étant donné le terme « responsabilité » signifie répondre à une charge, à un travail ou à sa propre vie de manière efficace et cohérente, de même, vous être appelés à répondre à cette lourde charge qui vous attend; celle de changer positivement le visage de ce pays, en faisant de lui une nation digne et organisée. Cela n’est possible que par l’honnêteté et le travail. Chères sœurs kinoises, la femme a une grande part dans la reconstruction de ce pays. Tenez, référez-vous surtout aux icônes féminines tant nationales qu’internationales qui ont su marquer les esprits par leur intelligence et leur savoir-faire, celles qui ont émergé et qui continuent encore à émerger du milieu des hommes. Prenez-les pour modèles et repères. Hélas, «Tout ce qui brille n’est pas l’or»; a-t-on coutume de dire! Vous avez donc de quoi réajuster votre tir. C'est-à-dire revoir votre comportement, votre manière de faire et de réfléchir, votre ligne conduite et votre accoutrement aux fins d’espérer un lendemain radieux. Conformément à la maxime kantienne nous vous disons: «faites que votre agir soit érigé à une loi universelle». Ne jamais vous laisser distraire et trompées par de petits espoirs. Car, l’IPAD n’est qu’une invention technologique, un appareil comme tout autre; il ne constitue pas une fin en soi mais un moyen vous aidant simplement à réaliser les différents travaux informatiques que vous pouvez avoir. Ne cherchez pas de le posséder par simple plaisir ou prestige mais, uniquement pour des fins professionnelles. Que cette insécurité sociale et alimentaire ne vous égare surtout pas de l’essentiel, vous valez plus cela! Etudiez et travaillez, si moyen il y a! Vous ne le regretterez une seule seconde! Certes, la détermination est la clé du succès. un texte de Kasita